• SIRèNE






    (...) Aussi, je retroussai la robe sur les hanches de la jolie patronne du Central et la culbutai doucement sur son propre terrain, en l'occurrence sur une large surface de travail entre le réfrigérateur et les deux bacs de l'évier. Son bustier se déboutonnait sur le devant.

    De fait, Sirène ne portait rien d'autre sous sa robe qu'un fin collier argenté et des bas noirs qui la serraient à mi-cuisse. Ses seins m'explosèrent dans les mains comme des melons fermes et tiédis par le soleil. Malgré ces atouts majeurs, je ne savais pas si c'était le vin – excellent, du reste - qui m'avait assommé ou  la blanquette – délicieuse au demeurant – qui me pesait encore sur l'estomac, mais je ne me sentais pas vraiment le cœur à l'ouvrage.

    Les jambes s'agitant dans le vide et les bras fermement ancrés vers l'arrière, elle se contorsionna néanmoins sous mes caresses maladroites et mes baisers sans conviction. C'était à croire que la hauteur des plans de travail avait été calculée à dessein car, en m'agenouillant sur le sol, les lèvres de son sexe se retrouvèrent tout naturellement collées aux miennes. Je triturai les pointes de ses seins qui roulaient entre mes doigts comme des grains de maïs et, sans attendre, ses orteils se crispèrent sur mes épaules et son ventre fut sous l'emprise de soubresauts.

    Faute de mieux, je savais comment la conduire, là où mon pétard mouillé aurait été bien en peine de l'emmener et, par bonheur, Sirène se révéla très coopérante sur ce coup-ci.




    En effet, elle grimpa si rapidement sur l'échelle de Hicter que, dès son premier orgasme, je n'eus plus qu'à lui faire maintenir le cap pour lui en stimuler un deuxième, puis quelques autres qui la laissèrent bientôt pantelante, repue et assagie.




    Je me relevai enfin, regrettant tout de même un peu de passer à côté d'une aussi belle occasion de réjouissance commune. (...)


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Novembre 2006 à 10:39
    Extrait de
    "Nanamnésie", nouvelle.(Le narrateur s'appelle Serge, peut-être...)
    2
    Samedi 4 Novembre 2006 à 21:13
    Saxounette,
    Je t'attends...
    3
    Dimanche 5 Novembre 2006 à 07:54
    je suis la.....ce matin
    mais comme je te l'avais dit hier étais fatiguée.Je vois que je suis plus matinale que toi .Bonjour cher ami... pas encore levé ?????? grasse matinée ??? m'étonne de toi .
    4
    Dimanche 5 Novembre 2006 à 09:41
    Coucou...
    Je suis debout depuis 5 h 30, moi, Mèdème Saxounette. Mais je me suis empatouillé dans le traficotage de photos. BiX, toi ! Alors, ça boit ? ça mange ? ça va, quoi ?
    5
    Dimanche 5 Novembre 2006 à 10:14
    ouais,...
    la machine à l'air de redémarrer. Bonjour.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :