• Avant de clouer ses paupières

    sur ses bulles de désir,

    elle le regarde nouer un à un

    les liens qui l'attachent

    de plus en plus à lui

    et, plus prosaïquement,

    ses membres écartelés

    aux quatre pieds de leur lit.


    votre commentaire


  • Les petites heures s'écoulent,
    sans martèlement de tambour
    ni couinement de trompette,
    juste le ronronnement électrique
    du réveil sur la table de nuit
    pour rythmer leur sommeil. <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> 

    </o:p>
    Elle ouvre un œil vague et se lève,
    il est déjà debout, un café à la main ;
    il la voit arriver, nue et chiffonnée,
    elle se coule contre lui pour un baiser.

    Sur le drap de lit immaculé,
    ne reste, pour traces de leur passage,
    que quelques plis qui s'évaporent
    et les stigmates d'une autre nuit.


    1 commentaire


  • Après les ébats,
    ce qui compte
    peut-être le plus
    pour celle que tu aimes,
    c'est le capuchon
    d'une bouteille d'eau
    en plastique...
    et des mots tendres.
    Sache-le,
    Monsieur !
    Le frigo n'est
    jamais bien loin.


    2 commentaires


  • Caniculaire !
    La porte-fenêtre est offerte sur la rue.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>La jambe repliée serre
    la jupette autour du bassin.
    Les doigts du pianiste funiculent
    sur la peau de ses cuisses.
    Sous la culotte diaphane, sa vulve se détrempe.
    Elle coasse d'enchantement..
    Son désir est torride.
     
    Dehors, les têtes se lèvent
    et les yeux fouillent les rideaux.



    votre commentaire


  • Elle joue toute seule dans les bois

    à la p'tite bête qui monte,

    qui monte, qui monte.

    Le loup, ça le démonte,

    démonte, démonte...

    et ça lui fait monter, monter, monter

    son taux de désir... et le reste aussi.


     

    1 commentaire